La langue française n’est plus la propriété de la France

https://savoirs.rfi.fr/fr/comprendre-enrichir/francophonie/la-langue-francaise-nest-plus-la-propriete-de-la-france

EXTRAIT
Le président de l’Institut français, Pierre Buhler,a exposé, lors de la Conférence internationale pour la langue française et le plurilinguisme dans le monde, le mercredi 14 et jeudi 15 février 2018 à Paris, les objectifs et les enjeux de ce séminaire. Entretien avec l’ambassadeur pour l’action culturelle extérieure de la France sur la promotion du français, le défi des 1 500 Instituts Confucius de la Chine et la Saison des cultures africaines en 2020.
Par Siegfried Forster –

RFI : Qu’est-ce que cela signifie d’être l’opérateur de la diplomatie culturelle de la France à l’ère numérique ?

Pierre Buhler : Cela nous expose à de nouveaux défis. Nous sommes un opérateur déjà très installé sur l’ensemble de la palette des actions dans le domaine de la culture, mais aussi de la langue française et de l’éducation. Aujourd’hui, nous sommes en train de mettre en place une plateforme numérique beaucoup plus puissante que notre site internet actuel. Elle sera opérationnelle à l’été et apportera des contenus importants et consistants et à notre réseau d’Instituts français et d’Alliances françaises dans le monde et aux professionnels des arts et des cultures numériques et au grand public. Au fond, nous essayons toujours d’être un peu sur la crête de la vague numérique. C’est une vague avec un pouvoir de transformation extraordinairement important et pour nous un outil essentiel pour projeter la France dans le monde.

 

Le monde bouge, la culture bouge aussi. Quel est pour vous le plus grand changement dans la cartographie de la culture dans le monde d’aujourd’hui ?

On parle toujours d’un déplacement du centre de gravité géopolitique de la planète vers l’Asie. Nous essayons évidemment d’être notamment présents dans les économies émergentes où nous voyons des classes moyennes de plus en plus nombreuses, avec des besoins culturels de plus en plus apparents. Donc, le réseau culturel et diplomatique dans son ensemble investit particulièrement ces pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil ou l’Afrique du Sud. Aujourd’hui, il est intéressant de souligner que le premier marché pour les droits de traduction de l’édition française est la Chine : 2 000 livres français sont achetés chaque année par des éditeurs chinois à la France.

 

96 Instituts français existent dans le monde. Quel sera le budget et quelles seront les zones prioritaires en 2018 ?

C’est un budget agrégé qui couvre plusieurs secteurs : l’action culturelle, mais aussi une coopération scientifique universitaire… Il est difficile d’isoler la fonction strictement culturelle. S’y ajoute le budget de l’Institut français qui lui, bénéficie d’un budget de l’ordre de 32 millions d’euros par an. Ce budget s’ajoute au budget des Instituts français locaux pour conduire cette politique dans le monde qui ne se limite d’ailleurs pas à l’Institut français. Les Alliances françaises bénéficient également d’une aide importante de l’État sous forme de mises en disposition de directeurs d’Alliances, de délégué régionaux de l’Alliance et des subventions sur projet. Là aussi, on est autour de 30-35 millions d’euros par an. Ce n’est évidemment jamais assez, jamais autant qu’on le voudrait.

 

Y a-t-il un pays, une zone prioritaire pour 2018 ?

Ce sont plus des pays que des zones prioritaires. Dans notre contrat d’objectifs et de moyens (COM), nous avons 39 pays prioritaires pour notre action qui sont les grands pays européens, les grands pays émergents, plusieurs pays du continent africain, l’Afrique du Nord, l’Afrique subsaharienne, des pays en Amérique latine.

L’Institut français revendique 6 000 projections de films africains du fonds la Cinémathèque Afrique présentées chaque année dans le monde. Vous soutenez aussi 60 opérateurs culturels africains et caribéens dans les secteurs du spectacle vivant, de la musique, des arts virtuels. Est-ce que cela signifie que l’Afrique figure aussi parmi vos priorités ?

Continuer à lire ………

QUESTIONS :

  • Cela choc t-il ?

  • Pourquoi est-il dit que la langue Française n’est plus la propriété de la France ?

  • Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.